J’ai joué 20 minutes à … Rayman Origins

Vous l’avez surement constaté (mais si, c’est flagrant), mais les posts se font un peu rares ces derniers temps sur The Geek Bar. C’est mal, très mal !! Je m’étais promis de poster plus, quitte à poster des brèves ou de légers coups de coeur … et puis bon, l’appel de la procrastination, l’amas de boulot (et c’est rien de le dire) et la facilité déconcertante à publier tout et n’importe quoi sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter, avec leurs applis présentes sur tous les smartphones, contribuent surement à la mort lente des blogs amateurs et dilettantes – Un débat que je lancerai surement un jour de déprime sur ce blog tiens) ont fait que j’ai encore une fois délaissé ces pages au profit des messages de 140 signes max. et des photos de lolcats usées d’être trop partagées.

Et puis je ne fais pas que ne pas poster, je n’ai quasiment plus le temps de jouer non plus .. et là, je dis stop ! C’est totalement n’importe quoi !

Il était temps d’agir. Du coup, j’ai pris quelques jours de vacances. Bon officiellement, c’est pour terminer l’agencement du jardin, et de son abri, ainsi que boucler les bricolages en cours, et accessoirement de faire la tournée de mes amis médecins et cardiologues qui font montre d’une impatience presque maladive pour examiner les résultats de mes check-ups. Mais en fait, il n’en est rien … Les vacances, c’est surtout le bon moment pour retrouver le goût du jeu.

Et quand je dis le jeu, ce sont en fait tous les jeux. Pour vous dire, je m’organise une orgie ludique :

RAYMAN !

Bon c’est vrai qu’à priori, je n’ai aucune raison de m’énerver comme ça.  Mais en même temps, on parle de Rayman là … LE Rayman. Alors petit rappel pour les plus jeunes lecteurs (et histoire de continuer à passer pour un vieux con dont la culture vidéo-ludique n’a d’égale que sa capacité à pallier sur Wikipédia ses déficiences mémorielles) : Rayman, c’est un personnage créé en 1995, par Michel Ancel. La légende raconte que pour économiser des calculs et gagner en temps d’affichage, les concepteurs ont eu l’idée de ne pas gérer les bras, ni les jambes. Du coup, Rayman c’est une tête, 2 mains un torse et 2 pieds, et ça a permis aux développeurs/graphistes/concepteurs de travailler à mort les animations et les postures, et à lui donner une vie propre que peu de personnages ont eu dans le monde vidéoludique.

Et puis, si ça doit parler un peu plus aux jeunes gamers, c’est aussi le début des Lapins Crétins, qui apparaissent en 2006 dans un opus nommé « Rayman contre les lapins crétins » et qui connaîtront par la suite un énorme succès.

Pour moi Rayman, c’est aussi plein de souvenirs et de nostalgie. Il a longtemps côtoyé la série des Super Mario Bros. dans le palmarès des meilleurs jeux de plate-forme. C’est aussi une touche graphique incroyable, colorée, totalement décalée et un univers rempli d’humour et de musique – Ah, les musiques de Rayman, si jazzy : les premières étaient même confiées à des jazzmen pro, qui n’avaient rien à voir avec le jeu vidéo et qui ont pour beaucoup contribué à créer cet univers unique.

Bref, je l’avoue sans peine et sans honte, je suis un fan de la première heure. Et j’avais un peu peur en installant ce nouvel opus d’être déçu … Vous savez le genre « Ah .. c’était mieux avant ». J’en attendais tellement …

Et j’avais bien raison. Une explosion de bonheur : Tout est là, le personnage d’origine, mais aussi les compagnons et ennemis des différents opus, et comble de bonheur les compagnons comme Le Magicien, Globox et les autres sont jouables, soit en solo, soit en multijoueur sur le même écran, façon Super Mario Bros sur Wii, apportant une touche de coopératif bien sympa (bon, faut aussi le dire, partager un clavier à 3 sur un PC, c’est pas gagné, je recommande donc la version console pour l’exercice).

Tout est là disais-je .. La touche graphique, inimitable et tellement agréable, les couleurs, la musique mais surtout, tout est là pour nous faire rire et pour nous surprendre à chaque seconde. Une animation dans le décor, les animation de Rayman et des personnages à l’écran, un détail anodin en fond, comme de petits champignons qui sautent et se gauffrent .. bref, ça n’arrête jamais. Sur les 8 ou 9 niveaux que j’ai pu enchaîner (oui, oui, j’ai joué plus que 20 minutes), chacun apporte son lot de nouveautés et de surprises. Chaque univers a ses spécificités et le joueur doit s’adapter en permanence .. Sur la glace, dans l’eau, dans les airs, ou en utilisant les nouveaux pouvoirs qui comme dans les opus précédents arrivent au fur et à mesure de la progression. Les grosses baffes, le vol plané, etc etc …

Et la durée de vie promet d’être sérieuse, tant on est tenté de refaire un tableau (notamment après l’acquisition d’un nouveau pouvoir) pour ramasser tous les bonus , ou pour battre un chrono – On joue, et on rejoue, jusqu’à faire le tableau parfait.

Et puis ça faisait longtemps que je ne m’étais pas autant pris au jeu, à enchaîner les tableaux avec cette impatience de gamin pour savoir ce que réserve le prochain ..

Bref, j’ai joué 20 minutes à Rayman Origins, et ça m’a pris plusieurs heures pour m’arrêter. Et ça, ça c’est exactement ce que j’attends d’un jeu .. le plaisir !

Et comme d’hab, si vous voulez lire un vrai test du jeu, allez donc le lire chez Gameblog par exemple, ou mieux encore sur du vrai papier chez mes amis de CanardPC – Moi, je ne livre que des impressions et des humeurs :)

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote

Commentaires

Laisser une Réponse