Un casque pour les diviser tous, et dans le noise-cancelling les lier

Plantronics BackBeat PRO

Plantronics BackBeat PRO

Jusqu’à présent, pour l’amateur que je suis, les casques Plantronics représentaient la référence des casques de Gamer. J’avoue d’ailleurs toujours utiliser mon Gamecon 777 malgré son manque total d’esthétisme – Le son est excellent, la qualité du micro irréprochable, même s’il tient terriblement chaud aux oreilles après quelques dizaines de minutes de jeu.

Bref, Plantronics, c’était dans ma tête lié au gaming.

Imaginez donc ma surprise et ma joie quand Damien m’a proposé de tester leur petit dernier, le BackBeat PRO. Oui, ce même Damien, journaliste de talent aux affinités plus que marquées pour le high-tech, et qui nous inonde de son enthousiasme permanent pour les nouvelles technologies. C’est déjà lui qui m’avait proposé de tester une imprimante 3D grand public et accessible (avant de me préciser qu’il fallait d’abord la construire soi-même), lui encore qui fait passer des drones devant nos fenêtres, en affirmant que « Oui monsieur, moi aussi je travaille ! ».

Ben là, Damien, il avait sous le coude ce casque Plantronics, et remarquant immédiatement mon regard intéressé autant qu’envieux, il m’a fait remettre mon costume de cobaye – Certes, dit comme ça, je passe pour une victime, mais pour de vrai, j’adore ça.

Parlons donc un peu de la bestiole : Finitions magnifiques, matières nobles, de l’intérieur des écouteurs au sachet de transport, tout doublé de tissu microfibres. C’est un casque sans-fil bluetooth, avec des commandes situées sur les écouteurs (volume, play/stop) et une fonction de noise-cancelling (analyse temps réel du son extérieur, pour le supprimer dans la restitution écouteurs – histoire de pas gâcher le dernier Christophe Maé avec des cris de bébé affamé, ou de supprimer les sirènes de police pouvant perturber une mission cruciale de GTA 5). Jusqu’aux cables (USB/Jack) connexions or et assortis au violet de l’intérieur des écouteurs.

Bref, du haut de gamme, et une réalisation sans faille, sans doute pour justifier le prix ($250,00 outre atlantique) qui pourra refroidir certaines ardeurs.

Là où ça se complique un peu, c’est à l’écoute. Tout d’abord, après avoir testé la fonction de noise-cancelling pour vivre une expérience d’immersion, soit musicale, soit vidéo-ludique (le résultat final est le même pour les deux), on se dépêche de la désactiver puis d’oublier définitivement l’emplacement du bouton permettant de la remettre en marche. Le son restitué perd en effet beaucoup plus que le simple son externe, et ce sont toutes les dynamiques aigu et medium qui s’évanouissent, ne laissant dans l’oreille martyrisée qu’une bouillie de basses et de sons écrasés et sans relief. Très peu convaincant donc, si ce n’est l’effet d’isolement qui est bien présent (d’autant que le casque emprisonne bien les oreilles et est un peu lourd à l’usage – A recommander donc, si on bosse sur un chantier, où si votre belle famille s’est installée quelques jours chez vous, mais surement pas pour profiter d’un moment de détente dans son fauteuil préféré).

Pas non plus de vraie fonction de gaming, le casque étant dépourvu de micro. Ou alors, il faut lui adjoindre un des cables livrés avec (pour une utilisation main-libre de avec son téléphone), mais du coup on perd tout l’intéret du coté sans-fil, et le micro ne s’avère pas d’une grande qualité – Conclusion : ce n’est pas un casque de gamer. C’est un casque audio.

Sachant cela, j’ai tenté une nouvelle approche, un nouveau protocole de test. Ma perception auditive s’amenuisant avec l’age, je doutais de mon seul avis en la matière : pour moi, les basses étaient excellentes mais très (trop) présentes, un peu au détriment des medium/aigus, qui disparaissent rapidement. Ce qui devient tout de suite ennuyeux dès que l’on est sur des tendances un peu blues/jazz voire rock.

J’ai donc soumis à la question deux ados, respectivement fan de Rap et de Métal, au test en environnement naturel (à savoir leur chambre mal rangée, baignant dans des émanations de phéromones que la croissance et l’age seuls n’excusent pas). Le constat est clair, et radical.

Le rappeur adore, totalement, définitivement, irrévocablement. Ce casque est génial, le son dément, et son coté sans-fil avec commandes aux écouteurs est une pure trouvaille ! Et les câbles violets assortis à l’intérieur des écouteurs, ça gère trop. De plus, on entend presque pas le daron qui demande de venir mettre la table. Parfait vous dis-je.

Le métaleux est plus mitigé. Le casque est lourd, fait transpirer des oreilles, et le son des riffs et solos est très décevant (même perception que la mienne donc, sur cette absence de dynamique medium/aigu). Mais même points positifs pour le bluetooth et les commandes au casque, et une mention spéciale pour la qualité des finitions.

Pour les deux cependant, impossible d’utiliser la fonction noise-cancelling, qui tue le son.

Un bel objet donc, mais surement trop cher pour une utilisation qui se limite à l’écoute de rap ou de house. Je vais garder mon vieux Gamecon 777 pour le moment …

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote
Tags :

Commentaires

Laisser une Réponse