Zoro, sans fil et démasqué !

zoroOui bon ça va .. j’avoue .. Le titre de ce billet est terriblement limite. Mais j’aurais pu faire bien pire, vous n’imaginez pas à quoi vous avez échappé au final.

Fi donc de ces considérations humoristico-linguistiques, c’est encore avec un nouveau casque que Damien la bidouille, le chantre du high-tech, s’est pointé dans mon bureau la semaine dernière, arborant ce sourire poupin qui le caractérise, avec en tête l’idée de soumettre ce nouveau modèle au crash-test-ado.

D’où ce titre ô combien subtil et fin auquel vous avez eu droit. C’est donc le ZORO Wireless de chez Noontec qui va passer entre mes mains et mes oreilles sensibles, mais surtout entre celles des ados qui vont le torturer à grand renfort de rap français et de vieux hard-rock démodé, ou de death metal progressiste (en fonction de l’humeur).

Mais revenons sur le produit, livré avec un cable USB pour le recharger (à noter qu’il tient largement plus qu’une journée sans que sa batterie ne meurt, en écoute intensive), un câble audio plat (et rouge), avec micro intégré et une pochette souple pour le ranger pendant les transports. Structure métallique traitée pour éviter chocs et rayures, belles finitions (notamment les coussinets d’oreille, souples et très agréables à l’utilisation), pliable pour ne pas prendre de place dans le sac, et au look assez proche d’un Beats.

Les boutons de volume et back/forward sont situés au niveau des écouteurs, de chaque coté, faciles d’accès et ils répondent bien. Le casque reste malgré tout léger, et il ne comprime pas les oreilles ni la tête, même après une écoute prolongée, ce qui se fait rare de nos jours. Et c’est bien appréciable.

Pas de système de noise cancelling, ou autre innovation marketingo-technologique, tout repose ici sur les enceintes. Et, disons le, c’est une excellente surprise. Approuvé par les ados #1 et #2, le premier pour ses basses très présentes et dynamiques, le second pour la chaleur et la présence des médiums pendant les solos de guitare, ainsi que pour la bonne restitution des voix de chanteuses de métal symphonique, il fait partie des « j’en voudrais bien un pour Noël ».

Le premier barrage étant passé haut la main, je me suis donc installé dans mon fauteuil préféré, avec quelques morceaux que j’utilise régulièrement pour mes tests, mélangeant un peu de  Jazz (Gitane – Charlie Haden/Christian Escoudé) pour le rendu des harmoniques et la chaleur de la basse et de la guitare, de baroque (Vivaldi – Stabat Mater/Cum Dederit avec Jmaes Bowman) pour le rendu des voix et des nuances des instruments anciens, et d’autres un peu plus rock.

Et je confirme l’avis des monstres, le son est vraiment sympathique. Des basses présentes, mais qui laissent la part belle aux autres plages de fréquences, un rendu excellent des dynamiques, notamment dans les médium et bas médium, et un traitement des voix juste parfait ! Au final, et avec son confort d’écoute (poids/matériaux utilisés), c’est un très joli casque, auquel le côté wireless n’enlève rien et au design tendance et sympathique.

Le fait que l’on puisse le trouver à moins de 77€ (chez Amazon par exemple) en fait un cadeau de Noël parfait.

 

 

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote

Commentaires

Laisser une Réponse