Quel avenir pour HADOPI ?

Souvent, j’aime bien chercher des trucs sur Tweeter, comme ça .. pour passer le temps en attendant que le chef de raid ait fini d’expliquer la stratégie pour définitivement mettre fin au règne de ce dragon, et qui va surement, pour la 10ème fois consécutive, nous réduire à l’état de cadavres baignant dans notre sang pixélisé ..

 Et souvent je l’avoue, je tape #hadopi dans le moteur de recherche pour voir un peu ou en est cette série humoristique, cette incroyable blague nationale, cette vaste fumisterie anticonstitutionnelle … Et parfois, je ne suis pas déçu.

Aujourd’hui par exemple, en naviguant un peu au hasard des tweets, je découvre que Nicolas Seydoux, président de l’ALPA (Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle) et du conseil de surveillance de Gaumont, malicieux barbu blanc aux lunettes rondes, s’est fendu d’un chouette discours expliquant qu’HADOPI doit perdurer, sinon, c’est presque la fin du monde.

(Le discours de Nicolas, source AFP, aspiré par google)

On y découvre plein de choses passionnantes :

Lire plus

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote

Anti HADOPI : Des labs et des wikis.

BREVE : Découvert chez Korben, une nouvelle initiative sympathique et cyber-rebelle : Un nouveau labs anti-Hadopi.

Tout plein d’astuces pour contourner HADOPI, mises à jour en temps réel sous forme d’un flux RSS. Une bonne idée, qui vient compléter le wiki free.korben, déjà bien rempli pour les cyber-anars que vous êtes …

Plein de saine lecture donc, pour cette semaine qui s’annonce longue.

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote

Hadopi – SFR s’interroge sur l’applicabilité de la loi.

BREVE : Un chouette papier de PC Inpact [Hadopi : SFR ne sait pas comment se fera la suspension sélective], nous raconte comment Pierre-Alain Allemand (PDG de SFR) voit l’impossibilité technique de mettre en oeuvre la phase coercitive d’HADOPI, à savoir la suspension de l’accès au Web, sans pour autant suspendre le téléphone et/ou la télé.

L’incompétence des experts, et des députés qui les ont mandatés pour leurs multiples études coûtant moult kilo-euros au contribuable, commence à montrer le bout de son nez. Une législation non applicable, c’est encore pire que pas de législation !

Je me demande si des lois aussi mal foutues, c’est pas ça le vrai piratage après tout. On se sent quand même un peu volé, escroqué par nos politiques et leurs experts gras et véreux !

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote

Mulve, à mi chemin de la renaissance …

Ce matin, Mulve, qui était totalement down ces derniers jours, connaissait encore quelques balbutiements …

Ce qui nous permet de découvrir que les administrateurs s’appuient sur cPanel pour opérer leurs serveurs … Hmmm .. non, ce n’est pas totalement crédible …

mulve & cPanel

Mulve & cPanel

J’aurais plutôt pensé à une distribution light, très personnalisée et capable d’être distribuée en un temps record sur des architectures cloud-oriented. Bon ceci dit, c’est peut-être le cas, et c’est peut-être un serveur de test, ou d’un de leur hébergeurs et ils vont tout refaire ..

Mais quelque part, je suis un peu déçu …

Et frustré de ne pas pouvoir tester le service.

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote

Mulve encore down, mais plus pour longtemps …

Le nouveau site proposant du téléchargment de musique sur internet, mulve.com, et visant à remplacer à la fois Napster, les BitTorrents, e-mule, e-donkeys et autre peer-to-peer est encore victime de son succès et propose un laconique message à ses utilisateurs, expliquant que la charge a fait exploser les serveurs (il devrait être remis en oeuvre dans quelques heures, et renforcé).

mulve is down

mulve is down

Mulve, c’est un client ultra-léger (pas plus de 2 Mo), et vraisemblablement vierge de tout virus, cheval de troie et autres vers, qui se connecte à un nuage de serveurs (Cloud is the future …) hébergeant au total plus d’une dizaine de millions de titres musicaux prêts à être téléchargés en toute illégalité.

Porté notamment par le réseau social russe Vkontakte (et surement d’autres qui m’échappent totalement), et hébergé par de mutliples serveurs à la localisation encore bien dissimulée, le nuage Mulve risque de compliquer la tache des surveillants généraux d’Hadopi en n’offrant plus aucune prise à leur système de surveillance.

La technologie colle encore une petite claque à la lenteur des législateurs qui rend ridicule et périmée les moindres textes de loi avant même qu’ils ne sortent (ce qui n’empêche pas ces textes d’être votés, décrétés, appliqués au détriment même de la constitution).

Mais c ‘est peut-être un pas vers une autre façon de penser, qui consisterait à prendre de l’avance avec la législation et de mettre en place des système de forfaits,  donnant droit au téléchargement illimité d’oeuvres copyrightées (parce qu’il FAUT rémunérer les artistes, les créateurs … mais nourrir un lobby de producteurs et de politiques sur leur dos, non .. décidément ça serait de la malbouffe numérique). D’autres pays le font déjà, et avec beaucoup d’efficacité parait-il.

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote

HADOPI : Ouverture de la chasse

Comme l’indique leparisien.fr ce matin, les premières demandes officielles à destination des FAI ont été faites aujourd’hui par la haute autorité pour la diffusion des oeuvres er la protection des droits sur internet.

Ces demandes, correspondant à des saisines faites en juillet pourront donner lieu aux premiers envois d’emails en octobre.

Ce qu’on ne sait toujours pas en revanche, c’est comment sont constituées les preuves ou les suspicions d’actes de téléchargement illégal – pour le moment c’est encore à l’internaute de démontrer son innocence, curiosité de la loi française pour pallier le manque de moyens (compétences ?) techniques permettant de constituer un jeu de preuves irréfutables – ni comment les FAI vont réagir à ces injonctions.

L’impatience est grande dans les communautés d’internautes attachées à la défense de la vie privée et sensibles à l’irreprochabilité (si, c’est un vrai mot ! Et sinon, je l’ajouterai au définistaire) de voir à qui seront envoyés les premiers courriers : des enfants de classe primaire, des retraités dans des maisons de retraites, comme cela a déjà pua être le cas dans de précédentes plaintes déposées par les majors et autres larbins sacemique ….

A suivre donc, en surveillant sa boite mail.

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote