SEGA, le piratage c’est plus fort que toi …

Une brève publiée sur le site GameIndustry.biz fait état d’un nouvel acte de piraterie dans le monde des éditeurs de jeux vidéos et des services en ligne associés.

Après Sony, encore Sony et Nintendo, c’est au tour de SEGA d’être victime d’attaques informatiques visant leur service en ligne. Le service SEGA Pass est indisponible depuis le 16 juin, tout perforé qu’il est, et SEGA informe ses utilisateurs que les opération de pose de cyber-rustines sont en cours.

Un moindre mal cette fois-ci puisqu’aucune information concernant les moyens de paiement n’a été récupérée (toutes ces informations étant exploitées par un prestataire tiers de SEGA). Ce sont donc des informations d’adresse e-mail, de pseudos et mot de passe (cryptés nous dit SEGA) et autres civilités qui sont potentiellement au main des pirates.

Le groupe Lulz Boat (qui avait revendiqué les attaques contre Sony et Nintendo, preuves à l’appui en prime) n’est à priori pas aux commandes cette fois-ci. Ils ont peut-être fait des émules, quand on connait le coté joueur, et l’ego parfois imposant, des pirates, et les compétitions qu’ils se mènent.

A suivre donc, mais avec l’avènement des jeux en ligne, et les montants engagés, nul doute que les attaques et tentatives de récupération de compte et d’infos vont aller grandissantes.

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote

SONY, expert en failles … ouvertes.

C’est une nouvelle fois SONY qui fait les frais des attaques et détournement de pages. L’éditeur de solution antivirus F-Secure dévoile sur son site une nouvelle faille dans un des sites thaïlandais de SONY (hdworld.sony.co.th) , qui aurait permis à des pirates d’installer une page redirigeant directement vers un site italien de carte de crédit, invitant les utilisateurs à saisir leurs numéros et codes.

Même si cette nouvelle boulette n’ai rien à avoir avec les hack du PSN, et même si cette fois-ci, ce ne sont pas des dizaines de milliers d’informations, potentiellement contenant des coordonnées bancaires, qui sont arrivées dans les mains des pirates, c’est quand même encore un coup dur pour SONY, qui met en avant une faiblesse dans ses procédures et services de sécurité à une grande échelle.

La page en question a été prudemment fermée par SONY dès qu’ils ont été alertés. Au moins, ils sont réactifs.

 

FacebookTwitterGoogle+EmailPinterestTumblrEvernote